Skip to main content

J’accuse…!

Une journée des contrastes. Même Kinshasa célèbre en ce jour la journée internationale de la solidarité humaine. Et,  » sinistré invisible « , pourquoi braille-tu ? Ne sais-tu pas que tu es sur un rivage inhospitalier où le principe de solidarité voire la protection des populations les plus vulnérables est plus que jamais menacé ? C’est le cadet de leurs soucis. Toutes tes jérémiades semblent occultées par une opinion dont l’attention est monopolisée à des crises les plus spectaculaires et de grande ampleur. Les clignotants sont au rouge depuis quelques temps déjà, le remarque-t-on ?

J’accuse. Kinshasa couve une catastrophe humanitaire dont plusieurs familles bravent la promiscuité, l’insalubrité et les intempéries en plein centre de ville. L’avenue Kabambare est témoin de cette catastrophe humanitaire qui s’émousse. Depuis qu’ils ont été déracinés par la violence de leur terre d’accueil en République du Congo, ces ex-zaïrois font face à une indifférence absolue assortie de railleries. Les images cauchemardesque que ces compatriotes expulsés de Brazzaville ont vécu avant leur traversée pâlissent déjà. Ils deviennent les grands  » oubliés «  de l’histoire. L’opinion nationale semble préoccupée par les réalités politiques que des impératifs humanitaires.

Apparemment, les multiples cris d’alarmes lancés ne s’imprègnent que très lentement dans la conscience collective congolaise. Le danger guette ce camp qui longe le stade Cardinal Malula (Ex 24 Novembre ).  De la mendicité forcée en passant par les larbins ou larcins, les adolescentes y ayant élus domiciles se lancent également dans l’industrie du sexe pour des sommes de pacotille. Des fœtus s’y forment et des Infections sexuellement transmissibles (IST) s’y entretiennent. Passez-y un soir.

Il serait reconfortable de constater que dans un contexte mondial de droit d’asile et des principes de la protection, que Kinshasa s’occupe de ces familles en améliorant leur protection, car c’est un devoir humanitaire et non un choix politique.

Félix

Félix

Je suis lokolenews. «Grand’Œil, Grand’ Oreille ». Informer, c’est mon autre « Moi », car c’est la qualité qu’on peut rétribuer davantage que n’importe quelle valeur sous le soleil. Je suis un espace de dialogue interculturel vers la rencontre de la mondialisation. Un antidote de désinformation et d’acculturation qui met dans un confort informationnel en proposant une gamme variée d’informations sur la RDC. Pour trouver le chemin du cœur d’un homme, dit-on, il faut l’entretenir de ce qu’il chérit de plus. Et ce que vous chérissez de plus, c’est la vérité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.