Skip to main content

Soldats, visez au cœur !

KanyamaVoici un ordre qui a fait du boomerang à Célestin Kanyama. Pour avoir intimé l’ordre à ses troupes de viser droit au cœur de tout gangster sévissant à Kinshasa, cette épaule étoilée de la Police Nationale Congolaise (PNC) est dans le collimateur de l’Ongdh américaine Human Rights Watch. Des rapports accablants, notamment du Bureau Conjoint des Nations Unies aux Droits de l’homme, de HRW l’accuse d’avoir exécuté sommairement des congolais et fait disparaître tant d’autres dans cette campagne anti-criminalité dite  » Opération Likofi ( coup de poing). Lancée pour assiéger des gangs des bandits rackettant, volant, violant et tuant en toute impunité à Kinshasa, ladite opération fut émaillée cependant d’exécutions extrajudiciaires qui ont fait penser à la loi du Talion. Son instigateur pourrait-il y laisser ses plumes? C’est du moins ce que la communauté internationale exige.

Kinshasa connut sa pire délinquance cette dernière décennie. Des jeunes gens se sont transformés en ennemis public numéro un, les plus sinistres bandits qui aient jamais terrifié la capitale congolaise avec la  » Tramontina «  ( machette). Ils en ont fait une jungle où seule la terreur avait le monopole. Devenus des tueurs patentés, ces gavroches entaillaient la chair humaine comme dans des boucheries. Ne reculant devant rien, ils n’ont peur de rien sinon la peur elle-même. Envoyés sous les verrous, ils recouvrent aussitôt la liberté et reviennent au galop. Au lieu que ces lieux arides récurent leur âme pour qu’elle brille comme un sous neuf, ils les excitent en les rendant davantage criminels.

On paria sur l’éradication de ce banditisme. Avec son escadron de la mort, le général Kanyama vint avec une mesure d’exception, le  » coup de poing « . On pourchassa dans la ville tout malfrat jusqu’au dernier retranchement. Surexcités et soulagés, les Kinois sont foncièrement d’accord avec cette campagne exécutive.  Au moins pour une fois dans sa carrière, alias  » Esprit de mort  » a l’approbation populaire qui a aidé ces éléments à dénicher ces brigands dans leur cachette.

Le box des témoins font leur déposition en affirmant stoïquement qu’ à ce stade l’ombre de la quiétude plane sur Kinshasa. Ils précisent par ailleurs que de jour comme de nuit, ils sont maintenant plus au moins libres de leur mouvement surtout en ce temps des préparatifs des festivités de nouvel an.  » Je suis la voix de ce veuf dont la femme enceinte a été transpercé le ventre par le tranchant de la Tramontina et le fœtus charcuté « , cria un quadragénaire , avant qu’un autre maugréa qu’il est est ce  » manchot qui a perdu son bras pour avoir résister à ces Kulunas « . Chacun y va de son détail supplémentaire.

Hélas! Le défendeur fustige ces allégations en les qualifiants de pure distraction. Il a promis une prochaine phase de cette opération qui, estime-t-il, est pour le bien-être de la population. Néanmoins, Kinshasa reconnait que cette opération n’a pas été exempte de dérapages et que la justice congolaise continue d’enquêter sur les allégations de HRW et des Nations-unies. Ils ont par ailleurs relevé que quelques éléments de la PNC impliqués dans ces dérapages ont été déjà condamnés pour meurtre.

Mais, le contre-interrogatoire renchérit que les personnes qui ont été tuées ne représentaient aucune menace imminente à la vie qui aurait justifié l’utilisation d’une telle force létale par la police.  » On ne peut pas lutter contre la criminalité en commettant des crimes parce que cela ne renforce pas l’État de droit « . 

Félix

Félix

Je suis lokolenews. «Grand’Œil, Grand’ Oreille ». Informer, c’est mon autre « Moi », car c’est la qualité qu’on peut rétribuer davantage que n’importe quelle valeur sous le soleil. Je suis un espace de dialogue interculturel vers la rencontre de la mondialisation. Un antidote de désinformation et d’acculturation qui met dans un confort informationnel en proposant une gamme variée d’informations sur la RDC. Pour trouver le chemin du cœur d’un homme, dit-on, il faut l’entretenir de ce qu’il chérit de plus. Et ce que vous chérissez de plus, c’est la vérité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.